Empreintes des sabots du Diable

Cet article traite d'un événement non élucidé du milieu du XIX e siècle en Angleterre, l'affaire dite des empreintes des sabots du Diable ou du Diable du Devonshire.



Catégories :

Folklore anglais - Phénomène paranormal - Parapsychologie - Cryptide

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Les empreintes des sabots du Diable... au sud du Devon, suite à la découverte de la plupart de traces de pas d'un aspect fort étrange et mystérieux.... (source : paranormalnews)
  • ... Les traces de pas du diable, sur la piste d'un démon.... LES TRACES DE SABOT DU DIABLE -. De bien curieuses empreintes qui terrorisèrent un... (source : dark-stories)
  • De nouvelles empreintes des «sabots du diable» dans le Devon... La ligne unique de traces, identiques à un pied fourchu, qui a l'air d'avoir été laissée... (source : infos-paranormal)
Reconstitution des empreintes découvertes.
Localisation du Devonshire.

Cet article traite d'un événement non élucidé du milieu du XIXe siècle en Angleterre, l'affaire dite des empreintes des sabots du Diable ou du Diable du Devonshire. L'hiver 1854-1855 fut spécifiquement rude dans toute l'Europe, le climat paralysant même de nombreuses activités économiques. Après d'intenses chutes de neige dans la nuit du 7 au 8 février 1855, furent observées de part et d'autre de l'estuaire de la rivière Exe d'étranges empreintes de pas.

Témoignages

Le Times rapporte comme suit les constatations faites :

«Une sensation énorme a été génèrée dans les villes de Topshm, Lympstone, Exmouth, Teignmout et Dawlish, au sud du Devon, suite à la découverte de la plupart de traces de pas d'un aspect fort étrange et mystérieux. Le superstitieux va jusqu'à croire qu'elles sont la marque de Satan lui-même. Il semble que dans la nuit de jeudi dernier, il y a eu de très fortes chutes de neige dans le voisinage d'Exeter et le sud du Devon. Le matin suivant, Les habitants des villes susmentionnées ont été surpris de découvrir les traces de quelque animal étrange et mystérieux, doué du pouvoir d'ubiquité, puisque les empreintes de pas étaient perceptibles dans toutes sortes de lieux inaccessibles - au sommet de maisons et de murs étroits, dans des jardins et des cours clos par de hauts murs, autant que dans des champs ouverts. Il y a à peine un jardin de Lympstone où les empreintes de pas n'aient pas été observées. Les traces apparaissaient plutôt être celles d'un bipède que d'un quadrupède, et les pas étaient généralement de huit pieds l'un devant l'autre. Les impressions du pied ressemblaient de près à celles d'une patte d'âne, et mesuraient entre un pouce et demi et deux pouces et demi de large. Ici et là, la patte ayant causé l'empreinte apparaissait comme fourchue, mais généralement, dans ces traces, le pied était continu et , du fait que la neige en son centre demeurait intacte, ne montrant principalement que le bord extérieur du pied, elle devait être convexe (réd.  : "concave", s'agissant de la patte). La créature semble avoir approché les portes de plusieurs maisons et s'être ensuite retirée, mais personne n'a été capable de découvrir le point d'attache ou de repos de ce mystérieux visiteur. Dimanche passé, le Révérend M. Musgrave a fait allusion au sujet dans son sermon, et a suggéré la possibilité que les empreintes de pas fussent celles d'un kangourou; mais cela peut difficilement avoir été le cas, dans la mesure où elles furent trouvées de part et d'autre de l'estuaire de la rivière Exe.»

Certaines personnes suivirent les traces sur de longues distances et dirent avoir constaté en outre qu'elles traversaient des enclos fermés et même un hangar. Le Reverend Musgrave fit divers croquis des empreintes individuelles et de la manière dont elles se suivaient, selon nature, et avança d'autres hypothèses pour tenter d'en expliquer rationnellement l'origine.

Cependant, l'événement, répertorié surtout par Rupert Gould dans son fameux ouvrage "Oddities : A Book of Unexplained Facts", demeure à ce jour une énigme non résolue. Quoique assez ancien et limité géographiquement, il est à ce titre toujours particulièrement présent dans les mémoires.

Autres cas de petits sabots, outre 1855 [1], [2]

Cas à rapprocher

Springheel Jack.

Cas identiques ou approchants

Notes

  1. Les Grandes Énigmes, éd. Larousse, 1992, p. 216 - 217
  2. Nouvelles Histoires Magiques, Louis Pauwels et Guy Breton, éd. Albin Michel, 1978 p. 261 - 266
  3. [1]
  4. Les plus grands mystères du monde, Joyce Robin, éd. Minerva, 1991, p. 86 - 87
  5. Faits étranges et récits extraordinaires, Sélection du Reader's Digest, 1988, p. 236
  6. Rapport de gendarmerie non élucidé. Ibid p. 312
  7. OVNIS : un dossier brûlant, éd. Atlas, 1986, p. 132 - 133

Références pour 1855

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Empreintes_des_sabots_du_Diable.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/07/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu